Rap2K : Rap, Hip Hop

Wu-Tang Clan

Critiques: Wu-Tang Clan - 8 Diagrams - Page 3

Vous n'êtes pas connecté

 

  •  
    PeaceMakah - Jeu 15 Mai 2008
    • 0


    Ouais, tu co-signe aussi le fait qu'il aille faire la manche sur youtube, disant à ses fans que c'est des connards d'avoir téléchargé son skeud au lieu de l'acheter, à la place de simplement reconnaitre que son album puait la mort? Il a un égo énorme, et plus rien à nous faire découvrir. Qu'il parte à la retraite...

  • BBoy Stance
    BBoy Stance - Jeu 15 Mai 2008
    • 0



    :rolleyes: De mon cote je co-sign le bonhomme sur l'ensemble des ses dires. Apres il reste le seul a justement tenir la legende a un autre stade que les groupies du crew...
    Bref pour ma part Ghost > le reste....

  •  
    PeaceMakah - Jeu 15 Mai 2008
    • 0

    C'est un bon album quoi qu'on en dise... Wolves par exemple, est largement à la hauteur de ce qu'on pouvait attendre du Wu. RZA a gardé de son génie depuis toutes ces années, en revanche je chie dans la bouche de Raekwon et surtout Ghostface pour ce qu'ils ont dit, ce dernier est passé dans ma tête du stade de "légende" à celui de "mendiant". M'enfin perf correcte sur l'album quand même.

    Ma note : 8
  • Efa
    Efa - Jeu 15 Mai 2008
    • 0

    Bon déjà un gros big up à Mista Jp qui donne vraiment envie d'se faire (ou de s're-faire) le skeud avec sa belle chronique, ensuite dire du mal du Wu pour moi, c'est comme dire que la première meuf que j'ai pécho était un thon (c'était une be-bon, cherchez pas, mes goûts meufistiques sont aussi sûrs que les rapologiques B) )moi perso, j'avais des doutes, doutes relayés par Rae ou Ghost, et pis, par une grosse partie du fofo aussi... doutes balayés à l'écoute du disque, le wu reste le wu, l'esprit shaolin est bel et bien là, les samurais sont moins fougueux... certes, mais ils gagnent en sagesse et en maîtrise, cet opus est différent des autres (déjà tous dissociables), clairement le plus cinématographique (notamment pour cette raison que j'ai adhéré facilement...), le plus musical, Rza s'est largement inspiré de ses boulots sur les différentes BO auxquelles il a participé, beaucoup de bombes "Campfire", "Wolves", "Windmill", "Gun Will Go", "Rushing Elephants" etc... un opus très très loin de faire tâche dans la disco du crew mythique...

    Ps: Par contre, c'est quoi cette vague de pochettes amateures ? ça donne pas trop envie, on a beau dire, la vitrine, ça reste important...

    Ma note : 8
  •  
    Zarathoustra - Jeu 15 Mai 2008
    • 0

    j'avoue qu'au début j'avais du mal mais a force de l'écouter j'ai appris a l'apprécier petit à petit....
    Et finalement je le trouve largement au dessus de iron flag comme quoi......

    Ma note : 9
  • Snowgoons
    Snowgoons - Mer 14 Mai 2008
    • 0

    Un peu déçu par la qualité surtout quand on connait la capacitée des Mc's du groupe, mais en même temps ça fait vraiment plaisir un nouveau skeud du Wu !

    Les bonnes turies : Campfire (la perf de Method M au début ma foutu la chaire de poule), Wolves, Starter, Life changes, Tar pit, 16th chamber o.d.b special.
    Moyen : Take It Back, Get them out ya way pa, Rushing elephants, the heart gently, Gun will go, sunlight, windmill, weak spot,
    Le reste : Unpredictable, Stick me for my riches.

    Niveau Perf.. Mef' > Ghostface Killah > Raekwon > etc...

    Ma note : 8
  •  
    booba06 - Mer 14 Mai 2008
    • 0

    moi j'aurais mis un petit 4/5 a life changes qui est une chanson qu'on peut mettre en boucle sur son mp3 :P

    quand t'entend
    "I became weak when I heard, that his body expired
    It was hard for me to believe my brother retired
    Suddenly the clock stopped and the room started spinning"

    ou

    "You interrupt the Grammy's said "Wu for the kids"
    Took four or five shots when they rushed in the crib
    Trey-five-seven cracked ya ribs, cops shot ya whip
    You've been chased by the pigs"

    moi j'aime bien

    Ma note : 10
  •  
    Remo-Steel - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Moi vraiment non j'me suis mis dessus remis dessus mais ça prenait pas. Campfire amène qqchose de bon pour un premier son mais pour moi Rushing Elephants résume tout, y'a rien de nouveau dedans de déja vue, Take It Back la boucle est grillé( réutilisé des boucle RZA l'a toujours fait limite). Mais sortir un son qui aurait put être faire y'a 10 ans sur un album du Wu ça jamais. Passons les 2 premier, le W a lancé la mode du revival old shool qui a fait le under construction de Missy et le Made You look de Nas. Le morceau avec Erykah est vraiment pas folichon. Erykah est pas naturel et le wu aussi.


    Get them out ya way le morceau parmi tant d'autre ou ont recent la faiblesse des gars au mic, l'élément qui fait que osé le comparé au W est juste une blague. Un manque d'engouement flagrant, ça balance les couplet

    Campfire, Wolves, Starter ont récent qq vibrations et d'autres morceau comme Gun will go, windmill, Tarpit, weakspot ou on sent un petit truc et vraiment si le reste suivrait ça aurait fait de bon morceaux d'accompagnement comme Stick Me For Biches avec le refrain un peu mainstream qui passe bien. Mais globalement le problème c'est que y'a des au delà de morceau qui passe bien qui sont inacceptable pour un solo du wu. Et des flow juste mauvais. RZA a l'époque sacrifié des couplets de malade juste pour avir le meilleurs du meilleurs et faire halluciné l'auditeur. Là on a l'impression qu'il essaye de sortir le truc le plus potable possible, mais c flagrant. L'album n'arrive pas vraiment a se sauver grâce a la liste des morceaux qui font a peine l'affaire et y'en a mais qui sont pas non plus extraordinaire et sont donc trop facilment plombé par les reste. Mais même dans ces morceaux ils font ce qu'il savent faire et se foule pas pour proposer un truc de nouveau.

  • Crazy Horus
    Crazy Horus - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    la track "Stick me for my riches" avec Gerald Alston est une des pires de l'album, tout comme les feats avec Sunny Valentine, je n'aime pas du tout, je les zap' tout le temps.

    Ma note : 7
  •  
    escobar56 - Mar 13 Mai 2008
    • 0


    Mieux vaut tard que jamais non ?

  •  
    plb13wars - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Je suis pas trop d'accord avec Life Changes je l'aime beaucoup ca change de Take It Back
    Après c'est vrai que RZA a beaucoup utilsé de gutares ce qui peut a force soulé

    P.S l'album est sorti,il y a 6 mois et c'est maintenant que vous faites la chronique

  • Mista JpKoff
    Mista JpKoff - Mar 13 Mai 2008
    • 0


    ouais t'as ptet raison, y a des albums comme ça qu'il vaut mieux pas trop écouter à la va-vite, j pense ça fausse un peu le jugement...

  •  
    TetsuoShima - Mar 13 Mai 2008
    • 0



    Pareil sauf que j'ai pas envie de l'écouter, trop de trucs à tester... je prefere en rester à "The W".

  •  
    HoLO - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    On en a parlé pendant des mois et des mois, et l'album sortit depuis maintenant quelques temps je ne l'ai toujours pas acheté, ni même écouté une track.. Peur d'une déception ? Peut être, quoi qu'il en soit c'est décidé, d'ici la fin de la semaine je test ce disque. (la très bonne chronique de mista jpkoff n'y est pas pour rien !). Les avis semblent assez tranchés, on verra bien.

  •  
    - Mar 13 Mai 2008
    • 0


    Surtout qu'il est sorti en 2007.

  • Ce commentaire n'est plus disponible

  •  
    GeeMoney - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Un bon 18/20 :good:

    Ma note : 9
  •  
    dylanlp9 - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    l'un des plus gros album de 2008

    Ma note : 10
  • The Hitmen
    The Hitmen - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Album vraiment kiffant. Meilleur que Iron Flag & The W. Très peu de points faibles sauf l'absence de Ghostface sur les 3/4 du skeud :angry: Il y a vraiment une belle ambiance tout le long du CD ce qui est assez rare de nos jours. Ds sons comme "Get Them Out You Way Pa" ou "Rushing Elephants" sont vraiment très agréables. "My Heart Gently Weeps" cest vraiment une grosse claque plus je l'écoute, plus je kiffe

    Ma note : 8
  •  
    Abstract Boy - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    J'en attendais pas grand chose et bah tant mieux comme ça j'ai pas été déçu. Pour moi l'album est inutile, fade, tout ce que vous voulez, les prods sont sans saveur, les MC à part Meth, God, Ghostface et Deck ça vole pas super haut non plus. L'album n'est pas nul non plus, c'est correct...il manque juste 5 ou 6 bombes^^

    Ma note : 6
  • drill - Mar 13 Mai 2008
    • 0




    Ouais cette chro de hiphopdx résume très bien l'album. A ajouter que si certains crient au génie quant aux diffèrentes expérimentation de RZA sur cet opus elles sont passablement ennuyeuses... Niveau Mc seuls Meth et God sauve les perf désastreuse de Raekwon (qui mérite une grosse baffe), Ghost et... GZA (chose incroyable pour un mc aussi talentueux). Pour modérer mon jugement, l'album est pas mauvais en soit mais il ne restera pas, pour ma part, un des albums qui marqueront les années 2000.

    12/20

    Ma note : 6
  • Ecclésiaste
    Ecclésiaste - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Pas déçu du tout. Productions remarquebles, emcees à la hauteur. 2 ou 3 tracks un peu en dessous du lot, mais quoi qu'il en soit, une sortie réussie pour ce crew mythique.

    Ma note : 9
  • BBoy Stance
    BBoy Stance - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Je viens de me lever, ca retranscrit pas mal ce que je pense de ce skeud donc je copie comme un bon gros faignant^^....

    "The production is slow, soft and often unremarkable, and the emcees follow suit and sleep walk through their verses with seemingly little interest......You’ve gotta respect his right to create new sounds, and he does a decent job, but it just isn’t that great… If you’re gonna change up your style, the new one better be incredible too. RZA didn’t do that when he went “digital” and he isn’t doing it now. There are moments he really knocks it out, such as the aforementioned Campfire and Weak Spot. But there are too many moments that are, well, pretty boring. Get Them Out The Way Pa and Gun Will Go are the worst culprits, and both liable to put you to sleep. Unpredictable and Starter aren’t boring, they’re just plain bad. Unpredictable packs a nauseating beat and Starter not only has RZA re-using drums from Afro Samurai, but is terribly disjointed with a rancid hook
    ....Ghost, GZA and Deck particularly just didn’t seem to be the force they usually are. 8 Diagrams was a monumental task already, and RZA’s experimental and relatively boring production didn’t help matters....For the legendary Wu-Tang Clan, it’s not very good at all. There is plenty to fuck with here, and there shouldn’t be......
    "

    13,5...14 pour la legende.....

    Ma note : 7
  • Bobby_Milk
    Bobby_Milk - Mar 13 Mai 2008
    • 0



    Elle vient juste d'être publié la chronique....

    Sinon va effectivement falloir ressortir l'album pour l'écouter à nouveau, mais quand j'lavais écouté il ne m'avait pas vraiment marqué.

  •  
    BackInBusiness - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    Le nombre de com depuis sa publication est le témoin de l'état du hiphop aujourd"hui, where are they now ? Dans l'ombre des projecteurs...

    Enfin, peu importe, la chronique dit tout. 8th diagrams est une oeuvre, avec ses qualités et ses défauts qui existent effectivement. Mais rza a un atout que peuvent se targuer d'avoir, la carte de la sortie de route qui ne se finit pas en accident mais en raccourci vers la créativité.

    L'influence du cinéma est à son paroxysme et l'labum nous transporte dans son univers, qui bien que critiqué par ses propres acteurs deviendra assez vite un inctournable, je dirais même un classique pour les fans du wu qui grandissent et gagnent en maturité en même temps que le clan...

    Ma note : 9
  •  
    lil kruncky - Mar 13 Mai 2008
    • 0



    .........

    je sais pas trop quoi dire la dessus(attention je respecte du moins l avis),mais le

    "presque"se situe a quel niveau parce que seulement au stage Perfoming ,il ya

    (gros)decalage......

    je vais ressortir ce projet avant de trop m avancer la dessus.....du moins pour l instant

  • Bobby_Milk
    Bobby_Milk - Mar 13 Mai 2008
    • 0

    UP

  •  
    - Mar 06 Mai 2008
    • 0

    ouep bah comme j'ai dit bête d'album hein, presque au niveau de forever.
    Le truc qui était déconcertant à la sortie de l'album pour juger sa qualité, c'est les a-priori qu'on a pu avoir à cause des conneries débitées par ghostface ou raekwon, comme quoi ct de la merde etc... :rolleyes:
    pitetre que rza a dirigé le projet, mais tant mieux si c'est pour avoir ce résultat.
    Pareil que funkdoc, au début j'avais du mal, moi, avec stick me for riches, et aussi gun will go et unpredictable par exemple. maintenant j'adore ces tracks. Toujours pareil avec eux...Wu-Tang is unpredictable!

  •  
    escobar56 - Mar 06 Mai 2008
    • 0

    Cet album je l'ai écouté et réécouté. Décortiqué track by track comme l'a fait JP ( Bravo pour la chro d'ailleurs, finalement tu l'auras faite tout seul ;) ).
    Au final je sais pas très bien comment le prendre mais comme il a été dit précédement l'ambiance est fabuleuse. 8 Diagrams, je le l'attendais pas du tout, en conclusion je fus surpris.

    Wu-Tang forever.

    Ma note : 8
  •  
    - Mar 06 Mai 2008
    • 0

    La chro de Big Mac m'a obligé à ressortir l'album, que je n'avais pas écouté depuis au moins deux mois. L'impression reste la même que celle que j'ai eu après l'avoir passé en boucle une bonne cinquantaine de fois lors des quinze premiers jours du mois de Décembre : on a affaire à un excellent album ou Rza démontre encore qu'il est un producteur d'exception, et ou chacun membre du crew possède encore un niveau à en faire pâlir les soi-disant futures stars du rap (ce sont on doutait sérieusement pour certains, faut l'avouer). On ne va pas pousser la comparaison trop loin non plus, des mecs comme Meth ou Raekwon ne possède définitivement plus le niveau qu'ils possédaient avant, pour le premier cité y'a juste à s'écouter la bonus track 16th Chamber pour s'en convaincre. Cela dit pas de gros regrets de ce côté, chacun fait son taf proprement, bien que l'on soit plus satisfait d'un Meth (encore lui) ou d'un Cappa que d'un Raekwon voire d'un Ghostface, qui aurait pu poser sur au moins deux morceaux supplémentaires, au vu de ce qu'il lache sur Campfire.

    Pour en revenir à l'univers musical le gros point fort de l'album est qu'à chaque écoute, on découvre un beat. Au début je ne pouvais pas supporter My Heart Gently Weeps ou Stick Me For My Riches, alors que maintenant ils font clairement parti de mes tracks préférées. Bon par contre j'ai toujours du mal avec Get Em Out The Way Pa et Weak Spot.

    Quand je relis ce que je viens d'écrire je me rends compte que c'est le gros bordel, alors que d'habitude je synthétise un max ce que je pense d'une galette.

    Allez hop, je lache la note et je m'en vais.

    Ma note : 9
  •  
    Sagittarius - Mar 06 Mai 2008
    • 0

    J'avoue ne pas trop savoir quoi penser de cet album. Mais j'ai été conquis par dessus-tout par l'ambiance générale.

    Au début, j'étais tantôt amer, tantôt fasciné,... Et puis il a fallu faire abstraction de leurs discordes intestines, sinon ça aurait pu ternir mon jugement au sujet de leur ersatz de fraternité. Globalement, tous les MCs sont à la hauteur, mais je ne pardonne pas Ghostface de manquer l'hommage à ODB sur "Life Changes". Quoique, je trouve Masta Killa relativement effacé malgré ses multiples présences. Pourtant à en juger son premier solo, je sais qu'il est capable de mieux.

    Voici mon classement des perfs des MCs:
    1) Method Man/ ex-aequo Raekwon
    2) Ghostface Killah
    3) GZA
    4) U-God
    5) RZA
    6) Deck/ex-aequo Masta Killa, parce que je trouve que Deck n'a pas vraiment évolué.

    Concernant l'album, j'ai surkiffé "The Heart Gently Weeps", j'ai des frissons à chaque fois que je l'écoute, comme cette basse sur "Gun Will Go" et évidemment "Life Changes", très émouvante. J'ai bcp aimé les mixtures inattendues comme "Wolves", puis des titres plus classiques comme "Take It Back", "Campfire", qui me rappellent l'esprit de 36 Chambers. Par contre j'ai pas du tout apprécié "Unpredictable", trop répétitif et saoulant, et le solo de RZA, trop philosophique pour mon mononeurone. RZA est au sommet de son art, à tel point qu'il se permet de recycler deux-trois trucs, comme le beat de "Certified Samourai" ou le "Bang Bang" de la BO de Kill Bill. C'était un peu facile, mais heureusement efficace.

    Pis comme le dit JP, c'est l'ambiance générale qu'il faut prendre en compte.

    PS: très bonne chro comme d'hab JP ;)

    Ma note : 9
  • Mista JpKoff
    Mista JpKoff - Mar 06 Mai 2008
    • 0

    user posted image
    1 - Campfire (Meth,Ghost,Cappa/RZA)
    2 - Take It Back (Rae,Deck,Meth,Ghost,U-God/Easy Mo Bee)
    3 - Get Em Out The Way Pa (Meth,U-God,Masta/RZA)
    4 - Rushing Elephants (Rae,RZA,GZA,Masta/RZA)
    5 - Unpredictable (Deck,RZA,Dexter Wiggles/RZA)
    6 - The Heart Gently Weeps (Rae,Ghost,Meth,Erykah Badu/RZA,Dhani Harrisson,John Frusciante)
    7 - Wolves (U-God,Meth,Masta,George Clinton/RZA)
    8 - Gun Will Go (Rae,Meth,Masta,Sunny Valentine/RZA)
    9 - Sunlight (RZA/RZA)
    10 - Stick Me For My Riches (Meth,Deck,RZA,GZA,Gerald Alston/Mathematics)
    11 - Starter (Street Life,GZA,Deck,U-God,Sunny Valentine/RZA)
    12 - Windmill (Rae,GZA,Masta,Deck,Meth,Cappa/RZA)
    13 - Weak Spot (RZA,Rae,GZA/RZA)
    14 - Life Changes (Meth,Rae,GZA,Masta,Deck,U-God,RZA/RZA)
    15 - Tar Pit (U-God,StreetLife,Cappa,George Clinton/RZA)

  • Mista JpKoff
    Mista JpKoff - Mar 06 Mai 2008
    • 0

    Fuck an intro!!!
    Si vous voulez un énième rappel sur l'historique du Wu, je vous renvoie à Google.fr. On attaque directement les choses sérieuses. 8 Diagrams est captivant à plusieurs niveaux. Si on prend un exemple dans le milieu du sport, l'épopée d'une équipe ultra dominatrice dans son championnat, d'un effectif qui a grandi et vieilli ensemble avec de nombreux succès à la clé, se termine toujours par une fin de cycle extrêmement délicate à gérer, entre les dissensions internes, et certains résultats très décevants qui conduisent à énormément de tensions. Dans le sport, ça ne donne rien de bon. On n'a jamais vu une équipe vieillissante, sclérosée par le manque d'envie et les divergences d'opinions, arriver à séduire le public et glaner des trophées. Dans la musique, au contraire, cela peut donner des résultats inattendus. Dans la lignée des Beatles de 67 à 70 (l'analogie prend forcément plus de sens avec la réinterprétation de While My Guitar Gently Weeps) ou de Sly & Family Stone (There's a riot going on sous haute tension, mais brillant, d'ailleurs lui aussi samplé sur Windmill... à ce niveau on ne peut plus appeler ça de la coïncidence), le Wu-Tang se réinvente de façon assez étrange, presque malgré lui...

    RZA veut dériver vers la musique d'ambiance cinématographique totale (guitares, bruitages, breaks, postproduction intense, voire même trop pour pas mal de grincheux), alors que la plupart des MCs en sont restés au beat+boucle de papa. Raekwon et Ghostface détestent cette orientation artistique et le font savoir de façon égoïste et assez malvenue, Deck n'apprécie pas lui non plus, même s'il reste plus mesuré dans ses propos. Le Genius et Masta restent discrets comme à leur habitude, Meth est là pour maintenir un semblant d'unité avec professionnalisme. Quant à U-God, il profite de ces instrumentaux de qualité pour faire oublier ses échecs répétés en solo, dû à ses désastreuses sélections de beats. Malgré tout, le RZA finit par apposer sa grosse patte sur le projet, et à lui donner l'ampleur musicale qu'il mérite. Ce qu'est loin de réussir un Ghostface qui soi-disant sait comment contenter les fans, mais se rétame avec le déjà-entendu Big Doe Rehab, un album certainement pas mauvais mais qui n'apporte rien d'original, ni à la légende du Wu, ni au statut de l'artiste, ni à son portefeuille (d'où ses ultérieures jérémiades myspaciennes...). Vu la taille du groupe, il est impossible de parler d'un album du Wu-Tang sans faire de track by track, ce n'est que rendre justice aux différentes personnalités dont les facettes sont dispatchées sur toute la longueur du cd.

    Campfire : La patte du RZA dont je parlais plus haut, c'est tout à fait ce qu'on retrouve sur ce titre introductif. Comment faire à la fois profond et minimaliste, rentre-dedans et mystique, sage et ignorant, un retour aux sources et une innovation, en un seul instrumental. Un obscur sample de la voix de miel de Curtis Mayfield accompagne le traditionnel extrait de film de kung-fu, avant que le lourd beat rentre en scène. Handclaps, choeurs d'outre-tombe en guise de basse, Curtis découpé en rondelles par le sabre du RZA, violon plaintif, dégringolade de piano surgissant sans crier gare, c'est la marque déposée depuis 15 piges, et oui, c'est du génie, peu importe la qualité de la weed, un son pareil, on ne l'entendra pas ailleurs. L'honneur d'ouvrir le bal revient au fidèle Mef, reprenant son style du Ripper assez mal vu à l'époque, mais qui prend tout son sens sur cette pièce sombre et oppressante . Ghost le renégat enchaîne un excellent couplet, tandis que Cappa se charge de terminer le travail. 5/5

    Take It Back : Le Nautilus de Bob James, c’est cramé, bien bien cramé même... Et pourtant, un beat boom-bap classique de chez classique, c'est tout ce qu'il faut à Raekwon, Deck, Method Man, U-God et Ghostface pour arracher le micro et laisser le studio en cendres. Fatigués ? Plus motivés ? Trop vieux ? Ringards ? La maturation du style lyrical des membres est évidente lorsqu'on compare Take It Back à un Protect Ya Neck... Une voix plus grave et moins criarde, un débit plus lent et plus assuré, c'est une évolution logique, pas une baisse de niveau. 4/5

    Get Em Out The Way Pa : un ton en dessous, ce titre peine à éveiller l'intérêt, malgré la basse et les guitares électriques, le minimalisme ne fonctionne pas ici, c'est plus ennuyeux que captivant. Le refrain cliché assuré par Ghost et Rae n'aide pas vraiment. Meth, Uey et MK ne ramèneront pas cette piste à la vie... 3/5

    Rushing Elephants : un Wu-banger qui réveille. Wu-Tang, le cimetière des éléphants emcees ? Non, des emcees brandissant leur cimeterre juché sur des éléphants. Le combo orchestral violons/cuivres écrase tout comme Mammouth écrasait les prix (old school, toujours). Niveau rap, ça va faire plaisir aux nerds : Excalibur, les dinosaures, JRR Tolkien, l'énergie qui se transforme en couleurs (merci Genius)... Le fameux collage de mots qui crée des images. Un célèbre critique musical disait que le Wu-Tang, c'était l'impressionnisme du rap, tout est créé par petites touches qui ne prennent leur sens qu'une fois l'oeuvre (ici, le couplet) terminée, contrairement aux rappeurs peintres en bâtiment qui couvrent des murs entiers de crépi au rouleau. Après 2 titres plutôt lents, les MCs se défoulent ici, Rae en tête, puis GZA pour sa première apparition, RZA et un Masta Killa étonnamment animé sur le break. Un cadeau pour les fans. 4/5

    Unpredictable : Là où le trop est l'ennemi du bien. Les batteries et les cordes stressantes étaient un fond sonore parfait, malheureusement la guitare électrique surgit le plus souvent hors de propos, et le refrain n'apporte rien... Deck tire quand même son épingle du jeu avec un couplet violent. 3/5

    The Heart Gently Weeps : le titre qui concentre à lui seul la controverse. Qui, au milieu des années 90, aurait pu prévoir que le crew accoucherait d'un tel titre? Là encore, pour certains, c'est une déception... Quand on se prétend fan de musique, pas seulement de boom-bap, comment peut-on descendre en flèche cette oeuvre, qui va tellement plus loin que l'original titre des Beatles? Bon, bien sûr, Dhani Harrisson ne remplacera jamais Eric Clapton, mais sa prestation à la guitare acoustique est convaincante. Celle de John Frusciante à l'électrique l'est tout autant. Le casting extérieur est complété par la diva néo-soul Erykah Badu qui assure des choeurs rêveurs et paisibles, comme un ange assis au sommet d'un nuage, commentant les vies horribles des personnages incarnés par Raekwon, Ghostface et Method Man (respectivement, le témoin au coin de la rue, assistant à des crimes mixtes et quasiment gratuits ; le dealeur qui échappe à une tentative de meurtre ; et le tox ignorant qui cherche uniquement à vivre un jour de plus). Le travail d'arrangements du RZA est de haut niveau, chaque passage musical souligne discrètement l'intensité du récit, comme si tout coulait de source. Le ghetto-storytelling est à la hauteur des meilleurs moments de Cuban Linx, seulement l'ambiance est radicalement différente. Faut-il être sourd et fermé d'esprit pour en ignorer la portée . Au panthéon de l'oeuvre collective du Wu, à son corps défendant. 5/5

    Wolves : un autre virage à 90 degrés, cette fois-ci c'est OK Corral, sifflements morriconiens compris, choeurs entêtants, et ce bon vieux George Clinton au refrain... animalier... Renard, chien, loup, faites vos jeux... C'est bien le loup qui a rendu veuf le papy du chaperon rouge... Une nouvelle fois clairement cinématographique, cette bande-son hors du temps (mélanger le son du western avec des faux cuivres MIDI, fallait oser, pourtant ça fonctionne). Les raps sont particulièrement inspirés, d'un U-God en pleine forme à Masta Killa en mode Digi Warfare, en passant par un Meth au sommet de son art (alors qu'on le croyait définitivement sur la pente descendante). 5/5

    Gun Will Go : Un hymne à la racaille, une ode dédicacée aux mecs qui se couchent tard, pour prendre ce qui appartient à ceux qui se lèvent tôt... aux mecs qui rampent pendant ton sommeil, pillent ton mobilier, violent ta femme et déchargent leur luger dans ta tête. Un son qui sent bon la nuit tombée, l'odeur de la poudre à canon, la fumée du blunt à l'arrière de la voiture, en attendant que l'ennemi se pointe. Deux accords de cordes. Une basse. Raekwon au summum de la paresse dangereuse, sa fausse tranquillité fait froid dans le dos. Hot Nikkels, sombre comme jamais. Masta Killa sur le break, fidèle à lui-même. Sunny Valentine au refrain chanté, accompagné par quelques violons épars... Brrrr... Ne te retourne pas. 4/5

    Sunlight : RZA en solo, pour un patchwork de prêche 5%, une suite décevante à l'énorme Sunshower. Limite déprimante, l'instrumental est linéaire et mystique, mais l'esprit n'y est pas. Pour une fois sur cet album, il a déserté totalement cette piste. 3/5

    Stick Me For My Riches : Un autre exemple de maturation. Sur un beat somme toute assez classique, les Shaolin laissent le champ libre à Gerald Alston, chanteur soul des 60s/70s, membre des Manhattans, pour raconter d'une voix soyeuse le chemin parcouru, from rags to riches, du caniveau à l'hôtel de luxe, avec le cortège de suceurs de sang qui vont avec. Plus d'argent, plus de problèmes, c'est pas nouveau, mais ça prend vraiment tout son sens avec ces véritables OGs qui ont tout connu des affres de la pauvreté et de la célébrité. Un titre qui ferait ma foi un fort honnête single. 4/5

    Starter : J'entends des dents qui grincent? Tout ça pour un simple refrain à base de chicks... Bon, si je comprends bien, quand on est un Shaolin de Staten Island, on n'a pas le droit de draguer les bitches. Le plus drôle dans tout ça, c'est que ce titre est ni plus ni moins que Ice Cream version 2008 (qui fonctionne déjà largement mieux que la tentative pitoyable de Lex Diamond Story...). On a déjà pu entendre la boucle cuivrée et les lourds kicks au début de Certified Samurai, sorti début 2007. Le résultat est tout aussi percutant, attention aux woofers... She's my number one starter chick!!! She's my number one drafted pick!!! She's my number one line on the hit!!! Street Life pose le premier couplet, avant les grosses performances d'Inspectah Deck, de U-God et d'un GZA affûté comme rarement ces derniers temps. 4/5

    Windmill : RZA était déjà allé chercher le Bang Bang de Nancy Sinatra pour la BO de Kill Bill, ici il termine le travail en mêlant un sample hypnotique aux lamentations de la Family Stone, un breakbeat classique et quelques accords de guitare. Un nouveau Wu-banger pur jus, sur cet instrumental envoûtant, les MCs se réveillent... Une fois de plus, Raekwon est le premier à se lancer (c'est le cas sur la majorité de ses apparitions), puis c'est la déferlante : GZA et sa précision chirurgicale, Masta Killa l'imprévisible, Deck à la voix retrouvée après ses déboires médicaux (Resident Patient), Method Man puis Cappadonna pour une conclusion féroce d'un des titres les plus lyricaux de cet album. Les quotables, c'est ici qu'il faut les chercher. 5/5

    Weak Spot : Typiquement le titre de remplissage, pas mauvais mais doublonnant un peu. Il n'aurait certainement pas dépareillé sur Wu-Tang Forever, ici il ne fait pas tache mais ne se fait pas remarquer, un des seuls à ne pas avoir de particularités. 3/5

    Life Changes : ODB est mort depuis 3 ans, et l'hommage rappé n'arrive que maintenant... À mon humble avis, il n'était pas nécessaire. Seulement 4 mesures par MC, Ghostface absent, des commentaires laconiques et forcément évidents (on se raccroche souvent aux clichés pour évoquer la douleur de la perte d'un être cher), un instrumental que le Bastard n'aurait sans doute pas cautionné, ça reste assez décevant connaissant la personnalité d'Osirus. Bref, le vrai hommage au Big Baby, c'est sur scène que le Wu le rend. Shame On A Nigga, Brooklyn Zoo, Shimmy Shimmy YA repris en coeur par ses acolytes, il n'y en a pas de meilleur. 3/5

    Tar Pit : On termine en apothéose, avec un beat qui résume la direction artistique de RZA sur 8 Diagrams. Blindé d'instruments, guitares, sombre, planant, évoluant par petites touches. C'est l'équipe B qui rappe ici (U-God, Street Life, Cappadonna). Les cuivres, la funky flute et la guitare wah-wah s'emballent au moment où George Clinton part dans un monologue hallucinant de thug au deuxième degré... Somebody let the monkeys out the cage !!! 4/5

    Si j'ai choisi d'insister beaucoup plus sur le côté musical/ambiance que sur le côté lyrical, c'est bien parce que 8 Diagrams est surtout intéressant à ce niveau. Les rappeurs, on les connaît, leurs styles également. Raekwon (mountain) n'est jamais aussi bon que sur un beat du RZA, on en a à nouveau la démonstration, si besoin était. Apparemment il ne s'en rend pas vraiment compte, ce qui ne va certainement pas arranger la direction artistique de sa carrière. Les trois couplets que pose Ghostface (thunder) sont de haut niveau, et les titres correspondants écrasent Big Doe Rehab sans aucune pitié. Malgré son scepticisme, Deck (wind) a joué le jeu, et même s'il n'a plus la gnac de l'époque CREAM, Let Me At Them, Triumph et Rec Room, il remplit sa part du contrat. Masta Killa (water) est lui aussi fidèle à lui-même, invité par RZA à poser surtout sur les breaks des différents instrus, ses phases pénètrent ainsi plus facilement l'esprit de l'auditeur. Method Man (fire) se régale, après les fonds de tiroir servis pour 4:21, l'Abbott lui livre enfin des sons à sa hauteur, et il ne boude pas son plaisir. U-God (lake) brille lui aussi pour effacer ses ratés personnels. RZA (heaven) et GZA (earth) sont intermittents, parfois brillants, parfois quelconques, voire fainéants, au micro. Heaven, Earth, Fire, Thunder, Wind, Water, Mountain, Lake, les 8 diagrammes sont au complet. Très loin de la perfection, le dernier album du Wu-Tang est tout de même indispensable. Sortir des sentiers battus pour un groupe légendaire et représentant quasiment à lui seul toute une période du rap new-yorkais, voire mondial, ce n'était pas évident. La direction artistique de RZA n'a même pas convaincu tout son crew, il est donc logique qu'il ne convainque pas tous les auditeurs. Mais on se trouve bel et bien en présence d'une oeuvre musicale, pas un banal album d'un rap générique et depuis longtemps dépassé, ou d'une fausse innovation, d'un vent d'air frais qui sent déjà le moisi au bout de quelques semaines. Rien que pour cela, 8 Diagrams mérite une écoute attentive.

    Ma note : 9
123 
Wu-Tang Clan Albums