Rap2K : Rap, Hip Hop

Nas

Nas - The Lost Tapes (Album)

Nas - The Lost Tapes
  • 9.15  · Notes : 49
  • Date de sortie : 23 Sep 2002 (Rap US Album)
  • Achetez maintenant Achetez maintenant

Tracklist

Trackliste de The Lost Tapes :

1 - Fetus2 - Doo Rags3 - My Way4 - U Gotta Love It5 - No Idea's Original6 - Blaze a 507 - Everybody's Crazy8 - Purple9 - Drunk By Myself10 - Black Zombie11 - Poppa Was a Playa

Commentaires (Facebook)

Vous n'êtes pas connecté

 

  • Flylo
    Flylo - Lun 14 Mar 2016
    • 0

    It Was Written > The Lost Tapes

  • Palm Trees
    Palm Trees - Lun 14 Mar 2016
    • 0

    Enorme son 2eme derriere le classic illmatic

  • Flylo
    Flylo - Mar 12 Mai 2015
    • 0

    Un bijou, mes sons préférés : U Gotta Love It, Nothing Lasts Forever, Black Zombie, Poppa Was a Playa, Drunk Bu Myself...

    Ma note : 9
  • nas691
    nas691 - Lun 29 Dec 2014
    • 0

    Refait aujourd'hui, toujours aussi bon putain

    Ma note : 10
  • Guardian
    Guardian - Ven 12 Dec 2014
    • 0

    Putain je pourrais m'écouter ce classique 24h sur 24!

  • Johann Sebastian Savage Bach
    • 0

    Pour des "déchets" c'est énorme. Nas quoi.

    Ma note : 10
  • Afeni
    Afeni - Dim 13 Oct 2013
    • 0

    Pour moi Nas c'était clairement le meilleur, j'ai reçus ce skeud hier & écouter pour la 1* fois (ont en entend tellement de bien que j'ai pas eu le courage de le télécharger, c'est pas la même saveur) Pour moi c'est pas une tape, c'est un album, ou unrealeased comme tu veut, mais c'est un classique dans son genre, y'a pas a chié. Du début à la fin que des vrais béats, sa voix juvénile & son flow percutant, au TOP !

    Ma note : 10
  • Rebirty
    Rebirty - Ven 26 Jul 2013
    • 0

    Ah oué, franchement c'est un très bon projet, mes tracks préférés sont Black Zombie, Purple & Fetus, aucun déchet. Je comprends mieux pourquoi tout le monde parle d'un presque album.

    Ma note : 9
  • Guardian
    Guardian - Ven 26 Jul 2013
    • +1

    Tout simplement un Classic pour moi, son meilleur skeud secondé de près par hip-hop is dead, je le trouve meilleur que illmatic ou n'importe quel autre de ses albums. Sa s'écoute de A-Z, ya aucun déchet, c'est juste magnifique comme album. La production est au rendez-vous, lyriquement parlant il était au top, les thèmes, l'ambiance, le flow, putain c'est indescriptible. Des morceaux comme doo rags(le piano qui introduit la track et l'album par la même ocasion est juste sublime),  my way, u gotta love it, my way(ma préféré, quand tu te sens pas bien, écoute sa sa va te remonter le moral), purple, drunk by myself, black zombi, poppa was a player(le refrain est classique!) j'en prendrai tout les jours. Bref toute les track sont monstrueuse! 

    Merci Nas pour ce bijou rapologique!

    Ma note : 10
  • BeedaSoka
    BeedaSoka - Jeu 25 Jul 2013
    • 0

    J'ai surkiffé ce projet, il vaut largement le titre d'album même

  • Rebirty
    Rebirty - Jeu 25 Jul 2013
    • 0

    Quelqu'un aurait t-il un lien en 320 ?

  • mpj242242 - Lun 20 Mai 2013
    • 0

    Blaze a 50

    Ma note : 10
  • Nasir
    Nasir - Jeu 14 Jun 2012
    • 0

    Un mot: MERCI!!!!!!! Tu cartonnes. Merci

  • v2vandetta
    v2vandetta - Dim 10 Jun 2012
    • 0

    III. LE MISANTHROPE

     

    l'isolement

    Toute période de dépression se traduit par une tendance au repli sur soi et à l'isolement, chose que Nas met en évidence dès l'entame de son dernier couplet ("The reason that i wanted to be alone"). Toujours au volant, il siffle sa Louis Roederer crystal et brois de plus en plus de noir ("take another swigg, the more i drink the more i think bad thoughs"). Bientôt la paranoia le gagne, il est persuadés d'être entouré de soi-disant ami prêt à lui planter le poignard dans le dos ("fake friends who hung around who wanna bring you down") et d'être sur le point de faire l'objet avec son crew d'une expédition punitive ("rumors about niggaz comin' through, supposedly to shoot at us"). 

     Le cercle vicieux

    Seul face à lui même il en vient à reconnaître qu'il ne distingue plus le vrai du faux ("Not knowing what was true or what to believe") pas plus que les vrais des faux ("Not knowing who to trust"). Il en est parfaitement conscient mais l'épisode dépressif à la source de ses problème d'alcool et de paranoia est (trop) profond et il n'est pas en mesure de se tirer d'affaire par ses propres moyens. C'est ainsi qu'il s'enfonce dans l'isolement et noit davantage son chagrin dans la bouteille ("choosing a Henny bottle over a friend, lost again to keep my mind off that weak shit"). Un cercle vicieux!

     Le réveil

    Bientôt, dans le marasme des éclairs de lucidité remontent à la surface, lui rappellent que la vie vaut la peine d'être vécue ("there is love through it all, things to live for") et émoussent quelque peu ses sens au point qu'il perd le contrôle de son véhicule et en vient à faire une embardée. (i swerve, almost crash into a wall") Des instants de bonheur lui viennent à l'esprit, l'amenant à éprouver de la joie puisqu'il se surprend à rire ("think about the good, found myself laughing").

    Il n'est plus totalement hors sol, il reprend peu à peu ses esprits alors que les effets cumulés de l'alcool et des joints se dissipent. ("start feeling out of it"). Il se traîne chez lui, exténué ("Bring my ass to the crib...tired") à l'aube d'une nouvelle histoire intitulée "undying love"......


    VOILA LES AMIS.

  • v2vandetta
    v2vandetta - Dim 10 Jun 2012
    • 0

    "Attendez-vous à du lourd!"

    Après cette brève anecdote, nas se remémore la période antérieure à son succès dans la musique ("think about the time in my life before i was in television"). Qu'es ce que ça donnait? Des fraicheurs au niveau des meufs ("hella women") et des rageux, déjà! ("jealous niggas up in my vision")

    En définitive, il finit par réaliser que la jalousie a toujours été un sentiment qu'il a suscité autour de lui. Voilà pourquoi il en conclut que les gens n'ont qu'à parler et haïr en précisant à ceux qui projeteraient de le dépouiller que, venant lui aussi tout droit des quartiers chauds ("Since we're all hood niggaz"), il les attends de pied ferme avec du lourd ("expect kilos"). Après tout ce n'est pas lui qui risque le plus gros en cas de tentative de racket sur sa personne. 

    Il faut savoir qu'il existe une loi, la loi RICO, super répressive qui s'applique notamment aux actes de vol commis en bandes organisée. Toute proportion gardée, elle met en place un régime dérogatoire qui est un peu l'ancêtre du sytème de Guantanamo. Elle a été faite pour faciliter les condamnations (le gouvernement peut saisir les avoirs des prévenus, lesquels seront donc en chien pour payer l'avance sollicitée par l'avocat; ensuite à la barre il y a une présomption de culpabilité pour les faits reprochés alors que le proc' n'est pas tenu de prouver au delà du doute raisonnable; enfin la peine minimum est de 20 ans ferme).

    Faut donc être fou pour s'exposer à cette loi et c'est le sens du propos de de Nas lorsqu'il rappe "for what they not seeing is police expect rico". En effet, les autorités américaine, police et district attorney, ne demandent pas mieux que d'avoir ce genre d'affaires, c'est du gateau pour eux....

  • v2vandetta
    v2vandetta - Dim 10 Jun 2012
    • 0

    Un cadeau du ciel...

    Nas s'engouffre dans sa voiture et part sur la route, bientôt il se retrouve sur l'autoroute bombardant vers l'inconnu à 250 km/h ("Hop in my benz; push it to the limit, buck sixty;") accompagné de sa bouteille de Roederer, de deux joints prêts à l'emploi et de sa conscience ("Who wit me? My cris, two well twisted blunts and my inner conscience!")

    Sur la route la haine de soi apparaît puisque nas commence à se remettre en cause, notamment s'agissant de son style de vie ("tellin' me that i ain't shit, no matte how musch cash i sit with") qu'il considère impur alors même, dit-it, que Dieu l'avait gratifié d'une sorte de déluge individuel destiné à le purifier, ledit déluge correspondant à la naissance de sa fille. ("My precious baby girl came like forty nights of reign to replinish my adolescent brain"). Ne pas s'arrêter sur ce passage serait criminel.

    L'épisode biblique du déluge fait référence à l'envoi de 40 jours et de 40 nuits de pluit. L'intention divine était de purifier la terre, non sans avoir mis le bon grain à l'abri (cf l'histoire de l'arche de Noe). Nas joue sur cette légende ainsi que sur le vocabulaire qu'il emploie à cet effet. Il a recours au champ sémantique de l'élément liquide, c'est ainsi que sa fille, qui représente de façon imagée le liquide, lui a été envoyée sous-entendu par Dieu pour "remplir" ("replinish") le contenant que représente son crâne  à l'intérieur duquel se situe son cerveau ("my adolescent brain"). On a donc un contenu liquide (la fille), un receptacle (le crâne) et un déversement du premier dans le second.

    Les errements

    Mais Nas n'a pas su, selon son propre mot, saisir la chance qui lui a été donné parce les errements passés ont la vie dure. Difficile voir impossible de décrocher après avoir tapé dans la vie de rue, la marijuana, les filles et l'alcool. Le tout constitue pour ainsi dire une sorte de fruit défendu qu'il n'est pas bon de goûter. C'est ce à quoi Nas fait allusion lors qu'il rappe "I ate from this poisonous, fucked up street, it was sweet i sarve for more to eat", la phase faisant un clin d'oeil à la réplique d'Elvira dans le mythique Scarface lorsq'elle rentre à une heure criminelle et que Frank l'accueille en criant :"Où t'étais passée? Il est 22 heures bébé,  j'ai la dalle moi!" et qu'elle lui rétorque "t'as toujours la dalle, tu devrais essayer d'attendre d'être sur le point mourrir de faim avant de penser à bouffer" ("You are always hungry, you should try starving!").

     

    II. RETOURS VERS LE PASSE

     

    Jalousie

    A l'approche de la fin du premier couplet, Nas a le préssentiment que les chatrs ne vont pas tarder à le repérer sur l'autoroute ("Highway police will just flash lights on my rearview") sans toutefois que cette perspective ne l'inquiète outre mesure. Bien au contraire, il se languit de se faire serrer car il voit dans cette arrestation le moyen de mettre fin à son escapade suicidaire, autrement que les pieds devant. ("If they stop me i hope they lock me!"). Mais il n'en sera rien, bien que n'ayant pu ignorer le véhicule de Nas et ses trajectoires suspectes les flics décident de zapper, arrivent à sa hauteur avant de bombarder. ("Instead they speed ahead")

    Peu après nas évoque tous ceux qui parlent mal à son sujet, ses fameux haters constituent le fil directeur du second couplet. (""I heard niggaz hate me") Toutefois, il prend soin de ne pas jeter la pierre aux rageux ("but i hated too once; been in the shoes of a wolf, in the nigh when he hunts") tout en attirant leur attention sur le fait que la démarche est contre-productive puisqu'au fond, lui c'est eux ("for every shell niggaz bust, we bust at ourselves").

    Une histoire de racket

    Toujours au volant de sa voiture, Nas enchaîne avec une petite anecdote pour enfoncer le clou. Il évoque une tentative de racket dont il aurait été la cible ("Stick up niggaz once ran up on me") à cause de son style de vie décadent ("my decadent lifestyle attracted sharks on me") et de son image lisse de type posé ("It's hard to look straight"). 

    L'instant d'après on se retrouve presque témoin de la scène avec Nas, le pied cramponné à la pédale de frein, tenant tête à ses assaillants en leur lançant "j'suis pas une baltringue" ("I ain't your Mark homie") avant de lancer violamment la bouteille d'alcool qu'il avait en sa posession sur le sol, à leurs pieds ("my foot on the brake, spilling my bottle"). Mais là encore son état d'ébriété et de défonce le rattrape puisqu'il était engourdi à un point tel qu'il se senti sous l'emprise d'une sorte de torticolis l'empéchant quasiment de mouvoir sa tête vers les côtés ("could hardly look both ways"). Rapidement et par réflexe il projette sa tête vers l'arrière ("pull out the hayes") lorsque sa vision s'est mise à se troubler ("blurry vision"). On n'en saura pas plus quant à l'issue de cette tentative de racket

     

  • v2vandetta
    v2vandetta - Dim 10 Jun 2012
    • 0

    Sur l'ultra mélancolique "Drunk By Myself", Nas fend l'armure et livre un témoignage à bâton rompu quant à la période de dépression qu'il traverse entre la fin 1998 et le début 1999 alors qu'il finalise ce qui devait être son double album.

    "Uh, Uh, Where am I going?

    Uh, uh, où est ce que je vais?

    Where am I? Yo, it's ill!

    Où est-ce que j'en suis?Yo, c'est dingue!"

     

    Comme bien souvent, la dépression s'enracine dans une pluralité de facteurs. L'alcolisme d'abord, qu'il confesse par ailleurs sur le morceau "My way" ("alcoholic on toilets i shit blood"). Les soucis de ménage ensuite et enfin, en l'occurence dans sa relation avec Carmen Bryan, mère de sa fille et fiancée officielle depuis 1994. Enfin, la paranoia et l'autodestruction sont abordées en périphérie.

    Le titre de la chanson est, semble t-il, à double entrée. Dans une première lecture, il évoque un état d'ébriété avancé qui relève de l'alcoolisme chronique. Dans une seconde lecture moins terre à terre, on peut y voir un jeu de mot destiné à mettre en relief le danger que Nas pense représenter quant à sa propre personne. Se présentant comme l'agent de sa propre perdition, Nas s'assimile, selon cette interprétation,  à un élément liquide ennivrant. Il se trouverait dans un état voisin de l'ébriété ("Drunk") sous l'impulsion de son propre fait ("by myself"), le tout dans une démarche auto-destructrice.

    Tout ceci explique que le titre est foncièrement rebelle à l'effort de traduction.  Faites votre choix entre "ivre mort en solo" et "en mode autodestruction". J'ai mis la 2ème option en avant parce que je pense qu'elle traduit bien l'idée de dépression que Nas balance dans sa petite intro.

     

    "I'm drunk by myself, gun under my seat

    En mode auto-destruction, flingue sous l'siège

    I don't want none of my peeps caught up in none of my beef

    Je veux surtout pas que l'un quelconque des miens ne s'mêle d'aucun de mes clashs

    I'm a ride to the end of the road if I have to

    J'foncerai jusqu'au bout de la route, si j'ai à l'faire

    Praying no car speeds by for me to crash to

    Pourvu qu'aucune caisse ne me dépasse, je m'y encastrerais

    Steering wheel in my hand, trying to hold it steady

    Le volant en main, m'efforçant de le stabiliser

    Anything in my way is dead

    Tout ce qui se mettra sur mon passage estmort et enterré

    Cause that's the way I feel, I am already

    Parce que c'est comme ça que j'me sens, d'ores et déjà

    When I'm drunk by myself alone in the zone, drunk by myself

    Quand j'suis en mode auto-destruction, tout seul dans mon trippe, auto-destruction "

     

    En pratique, le texte n'est rien d'autre que le récit pure et simple d'une virée nocturne, laquelle initiée peu avant le milieu du premier couplet alors que Nas part en coup de vent ("Hop in my benz") prend fin à l'issue du track lorsque il parvient à se traîner chez lui ("Bring my ass to the crib... i am tired....").

    Pour la petite histoire, la fin du track fait la jonction avec le point de départ de l'histoire que Nas raconte sur "Undying love" à la fin duquel il "tue" sa go (Carmen) et son amant (vous même vous savez) sous les yeux de son pote Horse, l'ancien Braveheart...

     

    I. LE VAUT RIEN

     

    Un loup dans la nuit

    Nas annonce directement la couleur en déclarant haut et fort que sa meuf ne peut tout simplement plus l'encadrer ("my wife is tired of fucking me") alors que le sort en vient lui aussi à l'abandonner à lui même en lui retirant ses faveurs ("life try ducking me"). Une fois cette annonce effectuée, il précise qu'il a néanmoins vu les choses arriver avant de se décrire dans une position christique, arme à feu dans une main, bouteille de tequila dans l'autre, contemplant sa chute ("Mack in my right arm, tequila bottle in my lef arm, whatching my life go, like christian") 

    Incapable d'abréger les souffrances qui sont les siennes une bonne foi pour toutes ("Can't do myself in"), il végète, immobile comme les loups dans la nuit ("like... wolves in the night") à l'affût conscient qu'il se trouve au beau millieu de l'enfer car entourré d'hommes ("hell is men") avec un clin d'oeil étonnant à la formule d'Albert Camus, l'enfer c'est les autres.

  • Nasir
    Nasir - Dim 03 Jun 2012
    • 0

    C'est super mec, merci pour l'explication, énorme morceau! Thanks mec!

  • MoCityDon
    MoCityDon - Sam 02 Jun 2012
    • 0

    Grave ! Je l'ai vu posté sur un autre topic, et c'était deja intéressant. Franchement super description. Tu devrais posté plus souvent V2vandetta, ta l'air de vraiment bien connaitre Nas??

  • Odji
    Odji - Sam 02 Jun 2012
    • 0

    je t'avais jamais vu posté mais c'est super ce que tu fais ;)

  • v2vandetta
    v2vandetta - Sam 02 Jun 2012
    • +1

    Rendez-vous est fixé en Espagne entre Nas qu'une ultime besogne retient aux états-unis et la femme de ménage qui saute dans le premier avion une fois l'argent versé, du grand art. ("Nice game")

    4. l'arroseuse arrosée

    Soucieux de conserver le meilleur pour la fin, Nas avait volontairement laisser en suspens la question du sort de la veuve machiavélique. Un bruit de rembobinage symbolisant une remontée dans le temps annonce l'arrivée du chainon manquant. ("Now we're back to were we met again")

    Revoilà Nas au volant de sa Bentley, cône ultra chargé aux lèvres, bombardant sur la voie rapide de l'autoroute inter-état n°95 (côte-est) et accompagné de sa veuve noire, tout sourire, cheveux au vent dans la nuit noir. ("Top down, night air, blow her hair/sky black, stars glow, the face of the moon stare")

    Dans l'euphorie du moment elle décide de célébrer avec sa blanche, s'envoie une ligne ("Took a blast out of her coke bag; snorted it") et reçoit brusquement la foudre qu'elle impute machinalement à une hypothétique embardée (elle s'écrie :"we almost crashed!"). Pas le moins du monde, juste les effets de la blanche coupée au verre pilé, signé Nas.

    Elle pique brusquement du nez, lentement envahie par le sommeil éternel. ("her head nodded down to her chest, slowly she fell asleep/overwhelmed by greed, put to death")

    Voilà pour "Blaze a 50" et à ceux qui n'aiment pas le morceau, désolé pour la longueur de l'explication de texte. Soit dit en passant je ne comprends pas comment on peut ne pas aimer ce morceau!!!!!!!

    TAGS: Nas, blaze a 50, lyrics, explication de texte, sens, traduction, morceaux choisis;

  • v2vandetta
    v2vandetta - Sam 02 Jun 2012
    • +1

    Totalement sous son charme et motivé par l'appât du gain ("more money that you could ever see rappin'"), Nas ne tarde pas à se laisser engraîner

    1. En attendant....

    Elle le rancarde sur les petites habitudes de son mari, de ses longues sessions sur les green et son faible pour les surevêtements brandés Le Coq Sportif à sa manière d'occuper ses soirées. Ceci fait, elle lui file les clefs de la barraque et le drive sur la manière de procéder...

    2. ....le jour J

    Nas débarque, pénètre dans la chambre et surprend sa cible au beau millieu d'une séance sado-maso avec celle qu'il identifie comme sa femme de ménage (espagnole, le détail aura son importahce!).

    Celle-ci, se trouve à la fois dénudée, aveuglée par un bandeau et totalement entravée alors que ce Mr prend son pied en lui brûlant les cuisses avec un briquet ("lighter") avant de vaporiser les brûlures ainsi infligées à l'aide d'un vaporisateur ("can of spray"), dans un cérémonial qui se rapproche de la logique du pompier pyromane...

    C'est alors qu'il lui colle une balle à l'aide de son arme de poing, un P-11 de chez KEL TEC sous les cris et les suppliques de la femme de ménage ("Blew him out of existance, his maid cried 'no!'") qu'il décide d'épargner, certain qu'ayant les yeux bandés, elle ne pourra le cas échéant pas l'identifier. ("lucky she was blindfold")

    Peu après on devine que Nas nettoie la scène de crime, en prenant soin de faire en sorte qu'aucun lien ne puisse être établit avec la commanditaire, faute de quoi la compagnie d'assurance s'opposerait à tout versement en sa faveur. C'est probablement ainsi qu'il en arrive à mettre la main sur le contrat d'assurance-vie souscris (clauses du contrat, coordonnées de l'assureur, en l'occurence en Suisse...) et découvre que sa victime détenait par ailleurs un compte offshore ouvert dans les livres de la banque LLOYD'S, en son établissement situé à Londres.

    Le solde dudit compte, créditeur à hauteur de 12 500 000 millions, laisse Nas de marbre puisqu'il se contente d'une incise pour souligner qu'ils seront dévolus aux héritiers sa victime. Le montant de la police d'assurance doit donc etre largement supérieur à cette somme qui apparait comme de la menue monnaie.("Twelve point five millions, he kept his funds in Lloyds of London/Goes to his wife and his children")

    3. le wake up call

    Soudain Nas prend peur et s'interroge sur la fiabilité de sa complice ("what if shorty gets scared?") susceptible de le poucave. Se projetant dans l'avenir il entrevoit la condamnation à mort ainsi que la chaise électrique pour son matricule alors qu'il est persuadé qu'elle s'en tirera avec une peine plus légère, en l'occurence un suivi psychiatrique. ("psychiatric supervision")

    Il prend alors le parti de la doubler afin d'éviter tout risque ("I switched the plan"). Il s'allie alors avec la servante espagnole qu'il vient d"épargner et qui lui est donc redevable.

    Il falsifie les papiers d'identité de son ancienne complice ("Fake ID, forge his wife name"), sauve les apparences avec son ex-complice et, le moment venu, envoie la femme de ménage en Suisse en vue de réclamer l'argent auprès de la compagnie d'assurance en se faisant passer pour la veuve épleurée à l'aide des papiers d'identités falsifiés.

  • v2vandetta
    v2vandetta - Sam 02 Jun 2012
    • +1

    En effet, le "Blaze a 50" est juste d'une autre dimension, un grand story-telling bien comme il faut, un qui donne une irressible envie de chercher la touche 16/9 sur le poste HIFI.

    Il s'inscrit dans la lignée de "The Message" avec un petit clin d'oeil à la thématique abordée dans le morceau "Black Girl Lost", à savoir le phénomène des "Goldigger" comme Kanye et Jamie Foxx le rebaptiseront plus tard dans les années 2000.

    La raison pour laquelle, le titre est sous-côté tient principalement à son architecture non-conventionnelle qui en fait un morceau à mi-chemin entre le freestyle et le morceau classique. Il démarre pied au plancher avec un semblant de refrain à la fin duquel Nas enquille directement sur un 48 mesures (au bas mot). A l'autre extrêmité, il s'achève sur un couplet, plus court, lui aussi introduit comme son devancier. Autant dire qu'on est loin du format grand public, refrain/32 mesures/refrain/32 mesures.

    Le récit en lui-même se déroule quelque part dans le courant de l'année 1998, dans la mesure ou Nas fait la connaissance de la protagoniste de l'histoire le 25.01.1998 à San Diego, californie, à l'occasion de l'after party du superbowl 32ème édition.("Met her in San Diego at the super Bowl Party")

    Prologue

    Après nous avoir accueilli dans sa bentley, spliff bien chargé au bec ("Blaze a 50"=3.5 grammes d'herbe dans un seul joint), Nas commence par nous présenter la fille à ses côtés qui n'est autre que la protagoniste en question, une bombe brésilienne avec les yeux de Tyra Banks, la bouche de Faith Evans, une poitrine fraîchement remodelée et basée à Miami. Il la décrit comme une michtoneuse ("she is.... a part time romancer") par ailleurs épouse et mère indigne en ceci qu'elle vient de planter son mari ainsi que son enfant en bas-âge ("left her husband alone to raise their son, he is in pampers").

    Une fois les présentations effectuées, il dévoile la trame de l'histoire, à savoir le complot qu'elle fomente dans le dos de son mari dont elle souhaite ardemment la mort ainsi que la fortune, symbolisée par les millions du capital-acquis d'un contrat d'assurance-vie souscrit par le premier et stipulé au bénéfice de la seconde.

     

  • Swizz92290
    Swizz92290 - Mar 28 Avr 2009
    • +1

    Une belle galette

    Ma note : 9
  •  
    FatBeat - Dim 26 Avr 2009
    • -1

    Un bon skeud qui passe bien, peut-être un peu trop lent!

    Ma note : 8
  •  
    daz974 - Sam 18 Avr 2009
    • +1

    cette album je l ai achetez a sa sorti ! ambiance posé , c est du grand nas !!

  • Söze67
    Söze67 - Jeu 16 Avr 2009
    • 0

    Très bon album domage que ces titres n'ont pu etre melanger avec les titres des albums nastradamus et iam ca aurait éviter une tache dans sa discographie mais bon.

    J'adore drunk by myself

    Ma note : 9
  •  
    Thugged-Da-Fucc-Out - Mer 19 Nov 2008
    • +1

    Lyricalement parfait !!

    Nas est vraiment incroyable, il surpasse ses adversaires, quel MC aurait trouver l'idée et le cran de se mettre dans la peau d'un foetus ???

    Purple est magnifique (avec quelques pics envoyé a P.Diddy au passage), Black Zombie éveille les conscience sur un son jazzy ("So what's the black man true religion, who should we follow?, use your own intuition, you are tomorrow !!), Doo Rags est excellente aussi, Blaze A 50 grand story telling bref ...

    str8 classic !!

    Ma note : 10
  •  
    KanyeWestYE - Sam 25 Oct 2008
    • 0

    Putain de skeud!

    Ma note : 10
  • T. KHADAFI
    T. KHADAFI - Sam 25 Oct 2008
    • 0

    Bon cd dans l'ensemble il n'a pas le niveau d'un classic mais il est très bon!

    Ma note : 8
  •  
    bi-b-boy-serious - Sam 25 Oct 2008
    • 0

    :good:

    Ma note : 9
  •  
    ##### - Jeu 31 Jul 2008
    • 0

    c'est un peu comme le deuxième album des psy 4 trop de piano , de mélodies sombres c'est le genre d'album qui démoralise :( :( :( :( mais ya quelques bon morceaux :) :) :) :)

  •  
    mc hasseloff - Jeu 27 Dec 2007
    • 0

    il mériterai d'étre plus connu parcqu'il est vraiment de qualité

    Ma note : 9
  • BBoy Stance
    BBoy Stance - Mer 26 Dec 2007
    • 0



    Je le trouve meme plus kiffant que Stillmatic malgres le fait qu'il n'y ait pas
    de track au level de 2nd Child, le tt reste tres solide....

    Ma note : 9
  •  
    dylanlp9 - Mar 25 Dec 2007
    • 0

    c'est du bon

    Ma note : 10
  •  
    mehdinmarocco - Dim 07 Oct 2007
    • 0

    je trouve cet "album " exellent on ressent bin l'ambiance new yorkaise dans cet opus

    Ma note : 10
  • mbokpro
    mbokpro - Mer 03 Oct 2007
    • 0

    dommage k nastradamus et i'am ne soit pas aussi réussis

    Ma note : 10
  •  
    Chuck D - Ven 14 Sep 2007
    • 0

    De très bons tracks qui auraient du apparaitre sur Iam et Nastradamus. A noter le superbe Poppa Was a Playa.

    Ma note : 8
  •  
    González - Dim 02 Sep 2007
    • 0

    Un 17 pour une tape que j'ai plutôt bien apprécié. Nas est toujours au top.

    Ma note : 9
  • Kalifornyen
    Kalifornyen - Sam 01 Sep 2007
    • 0

    En quelque mots :

    BOn mais surment pas le meilleur ...



    BEST TRACKS : DOO RAGS; MY WAY; U GOTTA LOVE IT; PURPLE; BLACK ZOMBIE; POPPA WAS A PLAYA

    Ma note : 8
  • Yashiro
    Yashiro - Mer 15 Aou 2007
    • 0

    Très bon album que nous a livré Nas qui est apparamment sous-estimé.

    Ma note : 9
  •  
    MC EazyE - Lun 23 Jul 2007
    • 0

    ENORME album de Nas, je ne comprend pas pourquoi on le sousestime tant, alors que pour moi, il est presque aussi bon que Illmatic

    Ma note : 9
  •  
    - Lun 23 Jul 2007
    • 0

    Excellent album de la part de NaS, qui passe un peu inaperçu par rapport à Stillmatic ou God's Son alors qu'il est aussi bon. Blaze A 50, Black Zombie, Purple, Fetus, Doo Rags et U Gotta Love It font partis des meilleures tracks de l'album.

    Ma note : 9
  •  
    NastyJoe - Sam 10 Fev 2007
    • 0

    album très simple, un peu dans un style de cormega

    j'ai apprécié toute les zik hormis Everybody's Crazy

    un album très mélancolique un peu dans le style de memory lanes sur illmatic,

    Ma note : 9
  •  
    YukmouthnIGGGA - Sam 10 Fev 2007
    • 0

    D'abord Très Bonne Chronique,Cet album/mixtape est très bon,rien a jeter,Des Titres qui sonnent vraiment très New Yorkais.Les Beats sont très Bons:Violon;Piano.......



    Meilleurs Titres:
    Drunk By Myself
    Doo Rags

    Ma note : 9
  • nastynastradamus
    nastynastradamus - Lun 05 Fev 2007
    • 0

    Bonne Chro , l'album le plus homogène de nas

    Ma note : 9
  •  
    pza - Lun 29 Jan 2007
    • 0

    the lost tapes 2 est sortit en mixtape c'est pas vraiment le meme principe que le premier volume c que du connu mais bon, voila la tracklist:
    1. Intro Illmatic release party
    2. Live freestyle
    3. It aint hard to tell live
    4.The Pledge remix- fea. Ashanti and ja rule
    5. Sometimes I wonder
    6. The rise and fall
    7. Mo money- fea. AZ
    8. The essence- fea. AZ
    9.Stay chiseled- fea. Large Professor
    10.One on one- fea. Large Professor
    11. Who u rep with
    12. Some of them- fea. Devin, Xzibit
    13. Calm down- fea Noreaga
    14. Blood money 2- fea. Noreaga
    15. My fea. Mad Skillz, Timbaland
    16. Let my live- fea. WU Tang Clan
    17. Verbal intercourse- fea. Wu Tang Clan
    18. Fast life remix- Fea. Kool G Rap
    19. Holla back- fea. Kool G Rap
    20. Queens day- Fea. Mobb Deep
    21. Hot
    22. Millenium thug
    23. Bonus: Nas and Foxy Freestyle

  •  
    Nasir jones II - Mer 24 Jan 2007
    • 0



    Cela veut clairement dire que le projet est/était bien avancée si la pochette etait deja definit . Mais a t-on un chance de le voir sortir un jour .

  •  
    Abstract Boy - Mer 24 Jan 2007
    • 0


    C''est celle qui était prévue pour Lost Tapes vol II mais vu que Nas c'est mis a taffer sur un prochain album ce Lost Tapes n'ai pas pret de sortir

  •  
    Nasir jones II - Mer 24 Jan 2007
    • 0

    Rien avoir mais quelqu'un pourrait m'indiquer que signifie cette pochette !
    Pochette

12 
Nas Albums